Le haïku est un bref poème codifié, d'origine japonaise. C'est un exercice inspiré de la philosophie bouddhiste d'envisager la vie en observant les choses, sans émettre de critiques.  Avec ce petit poème, nous pouvons saisir l'insaisissable et l'éphémère : une feuille dans le vent, un oiseau qui chante dans l'arbre sur le chemin ou encore la lumière dans les gouttelettes d’une fontaine. Ce genre poétique est donc un parfait moyen pour aller à l'essentiel. Forme de littérature très active, le haïku est un exercice littéraire pour tous les âges. Car selon La Rochefoucauld, "la simplicité, qui devrait être une qualité naturelle, a souvent besoin d'étude pour s'acquérir". 

Le tanka quant à lui, signifie chant court, en japonais. Poème en cinq lignes, également codifié, il est l'ancêtre du haïku. Le tanka a un lien très étroit avec le shintoïsme et il est toujours considéré au Japon comme la forme la plus élevée de l'expression littéraire. Plus difficile (en apparence) à maîtriser que le haïku, le tanka offre l'occasion idéale d'exprimer ses sentiments en parfait accord avec la nature. 

Iocasta Huppen