Illustration: Budi Satria Kwan

Présentation brève du haïku

Le haïku est un poème court, apparu au Japon au XIXème siècle. Qui dit Japon, dit codes et règles à respecter. Dans cet ordre d'idées, le haïku est une forme poétique codifiée, écrit sur 3 ou 2 lignes.

La paternité, dans son esprit actuel, est attribuée au poète Bashô Matsuo (1644-1694). En 1891Masaoka Shiki (1867-1902) créé le mot haïku qui est la contraction de deux mots : "haïkaï", qui signifie "amusement" (forme antérieure développée par Sōkan au XVIe siècle et qui parle de moments drôles, légers, parfois frivoles et grivois) et "hokku", qui veut dire "court".

Les haïkus ne sont connus en Occident que depuis le tout début du XXe siècle. La personne écrivant des haïkus est appelée haijin, ou haïkiste. 

 

Règles de rédaction: 

 

1) La métrique 

En théorie, le haïku contient 17 syllabes, réparties ainsi : 5/7/5 (court/long/court):

5   U / ne / jeu / ne / femme

7   suit / le / pre / mier / pa / pil / lon –-

5   che / min / dé / tour / né

 

En pratique, nous pouvons avoir quelques syllabes en plus ou en moins:

4   Ma / tin / fri / leux –-

5   les / oi / seaux / choi / sissent

3   le / mê / me arbre

 

D'autres formes (irrégulières) sont acceptées, à savoir: 5/5/7 syllabes (court/court/long) ou encore 7/5/5 syllabes (long/court/court).

 

2) Le nombre d'images

Il faut avoir max. 3 images par poème. Par ex., "forêt", "champignons" et "châtaignes" suffisent ; les "écureuils", seraient de trop. 

 

3) Les sons reliés aux images: interjections, onomatopées.

 

4) Le mot de saison

Par exemple, si nous sommes en hiver, nous pouvons avoir comme mots de saison : neige, flocons, arbres enneigés, marché de Noël, etc.

Nous pouvons aussi créer nos propres mots de saison. 

Cette règle a des exceptions par rapport aux nombre de mots de saison employés 

 

5) Les verbes

Il faut les limiter, voire les supprimer. Le verbe utilisé doit être au présent.

Cette règle a des exceptions. 

Vous devez également réduire les gérondifs (ex : en marchant, en chantant), afin d’« alléger » au maximum votre poème.

 

6) La césure 

La césure est cette petite barre à la fin de la première ou la deuxième ligne. Elle a le rôle d’associer, de relier les images, de marquer une respiration et de faciliter la compréhension du poème.

La césure peut être visible (la petite barre bien marquée), invisible ou elle peut prendre la forme de la conjonction "et".

Cette règle a des exceptions.

 

7) Les jeux de mots

Sont les bienvenus.

 

8) Les adjectifs

Il faut les réduire.

Cette règle a des exceptions. 

 

9) Les pronoms personnels (je, tu)

Il faut les réduire pour donner l’occasion au lecteur de mieux s’identifier à votre haïku.

 

10) Les figures de style, les personnifications

Il faut les éviter.

 

11) Laisser un écho philosophique en arrière-plan.

 

12) Pas formuler des sentences, des vérités absolues (le haïku n’est pas un aphorisme).

 

13) Pas de phrase repliée (une phrase disposée sur trois lignes) ; pas de "liste de courses" (trois phrases disposées sur trois lignes).

 

14) Le stricte nécessaire de ponctuation.

 À utiliser lorsque c'est nécessaire. 


Pour plus d'informations au sujet des règles de rédaction ainsi que des exceptions à ces règles (présentation en détail avec des exemples, conseils et astuces d'écriture), je vous invite à vous procurer mon livre intitulé "Poésie brève d'influence japonaise - Atelier d'écriture et poèmes choisis", paru en 2019 aux Éditions L'Harmattan, Collection Poésie(s). https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=64649