Kukaï de Bruxelles

 

« La Fleur en Papier Doré »

 (Salle Magritte, à l’étage)

 Rue des Alexiens 55

 1000 Bruxelles

 

Les dates à venir pour l'année 2019:

- le 16 nov. (14h30 - 19h00)

- le 14 déc. (14h30 - 19h00)

_______________________________________________________________________________________________

Journée du Haïku

Exercice d’écriture - Kukaï de Bruxelles

le 13 octobre 2019

 

L’Association Francophone de Haïku (AFH) a créé, il y a peu de temps, une Journée du Haïku, le 13 octobre. Ce jour-là, différentes rencontres autour du haïku peuvent être organisées. Comme le Kukaï de Bruxelles n’a pas de date prévue en octobre et afin de fêter comme il se doit cette journée, j’ai proposé aux participants de la dernière rencontre de septembre ’19, de réaliser deux chaînes d’écriture de poèmes brefs (haïkus, tercets et senryus).

Ainsi pendant presqu’une semaine nous avons été 11 haïdjins à écrire 17 textes, à savoir : Jean-Luc Werpin, Françoise Gabriel, Jacques Michonnet, Olivier Vanderaa, Cécile Marsal, Valérie Carro, Marie Derley, Karine Gadiou, Alain Henry, Irène Bughin et moi-même. Nous avons accompli un petit tour de force et je suis très satisfaite du résultat. Merci à mes camarades qui se sont prêté.e.s au jeu. J’ai été ravie d’avoir pu faire cet exercice et je me réjouis à l’idée que certains continueront les échanges à leur guise.

Concrètement, nous avons mis en place deux chaînes d’écriture avec leurs déroulements bien spécifiques. Merci à Olivier Vanderaa d’avoir proposé le déroulement de la deuxième chaîne ; cela a créé un chouette exercice supplémentaire.

La première chaîne a été conçue de cette façon : 2 lignes pour la personne qui commence, 1 ligne pour la personne suivante et ainsi de suite. La deuxième chaîne a fonctionné ainsi : 2 lignes pour la personne qui commence, 1 + 2 lignes pour la personne qui suit et ainsi de suite. Vu le nombre impair de participants, la personne qui commence est aussi celle qui clôture chaque chaîne. Les noms des participants apparaissent à côté de leurs textes.

Voici les 6 premiers poèmes écrits lors de la première chaîne :

 

Retour de vacances –                                               

la poussière du chemin                                        (Marie Derley)

souvenirs grisés                                                     (Irène Bughin)

 

En rentrant de l’école

premier devoir                                                      (Valérie Carro)

- choco à la paille                                                 (Françoise Gabriel)

 

Rose blanc rouge ?

le jeu des coquelicots                                           (Karine Gadiou)

de plus en plus rare                                               (Alain Henry)

 

Matin de soleil

la fillette tout sourire lui dit :                                  (Iocasta Huppen)

« vais cueillir des marres-guérites »                        (Cécile Marsal)

 

Un moustique espiègle

pique le planton* figé –                                          (Jacques Michonnet)

finies les siestes, c’est la rentrée                          (Olivier Vanderaa)

 

* Le planton est un soldat mis à la disposition d'un chef pour assurer des liaisons de service. Aussi une sentinelle fixe armée ou non. Egalement, en Afrique, le planton est un garçon de bureau.

 

L’automne s’avance

en chemin les écoliers                                             (Jean-Luc Werpin)

et leurs souliers neufs                                             (Marie Derley)

 

 

Et voici les 11 poèmes suivants issus de la deuxième chaine d’écriture :

 

Pas de danse                         

la chaleur de sa main                                             (Alain Henry)

tourbillon d’été                                                       (Cécile Marsal)

 

Sourires et regards

leur complicité s’emballe                                     (Cécile Marsal)

cœur à cœur brûlant                                             (Françoise Gabriel)

 

Le souffleur de feuilles

a repris son saxophone                                          (Françoise Gabriel)

et ma quiétude                                                         (Iocasta Huppen)

 

Un verre de blanc

avec beaucoup de soleil –                                     (Iocasta Huppen)

senteur de tilleul                                                    (Irène Bughin)

 

Les feuilles rousses

dansent sous le vent –                                           (Irène Bughin)

bientôt les flammes dans l’âtre                           (Jacques Michonnet)

 

Automne serein

vieux noyer belle récolte                                      (Jacques Michonnet)

passe l’écureuil                                                       (Jean-Luc Werpin)

 

Les coques craquent

les dents gourmandes aussi                                 (Jean-Luc Werpin)

le casse-noisette                                                     (Karine Gadiou)

 

Ballet nocturne

invisible tourbillon                                                 (Karine Gadiou)

du petit voleur                                                         (Marie Derley)

 

Premiers frissons

une insomnie d’arrière-saison                              (Marie Derley)

brumes en dedans                                                    (Olivier Vanderaa)

 

Ballets d’automne

il la saisit par les hanches                                      (Olivier Vanderaa)

en silence                                                                    (Valérie Carro)

 

Suivant l’écureuil dans sa course

vers le chêne magique                                              (Valérie Carro)

bruits inconnus                                                          (Alain Henry)

 

Ce compte rendu pourra être lu prochainement dans le Hors-Série de la Revue GONG de l’AFH, N° 67, du mois d’avril 2020. Il s’y retrouvera avec les comptes rendus des autres kukaïs français et canadiens.

Je profite de cette publication pour saluer mes camarades des kukaïs en France (Paris, Lyon, Fécamp, Vannes, Rouen, La Rochelle, Montreuil) et au Canada (Québec et Montréal).

Merci à l’AFH pour cette belle opportunité de se retrouver autour d’une passion commune.

Bonne Journée du Haïku à toutes et à tous !

 

Iocasta Huppen - Kukaï de Bruxelles

We love haiku!