Règles de rédaction - Théorie

 

- avoir 3 IMAGES maximum; deux images qui sont mises en comparaison par une troisième ou deux images qui sont reliées par une troisième ou encore deux images qui sont mises en opposition par une troisième; de préférence, étudier l'ordre de présentation des images ; d'abord le grand-angle, puis le moyen, terminer par le zoom ; réserver l'effet de surprise pour la fin;

- utiliser des SONS reliés à l'image;

- utiliser un MOT de COUPURE ou une CESURE (kireji); il permet d’introduire une pause, une respiration dans le texte; "c’est un temps long dans un court métrage";

- privilégier le TEMPS PRESENT; ceci dit, en fonction du thème abordé (évocations historiques ou projections personnelles), on peut également écrire au passé ou encore au futur; ce qui importe c'est de présenter une image "vivante";

- le texte doit contenir, de préférence, un MOT de SAISON (kigo) ; on peut considérer le jour de l'an comme une saison à part entière;

- la METRIQUE; en théorie, se limiter à 17 SYLLABES réparties en trois lignes divisées en 5-7-5 en français et 3-5-3 en anglais;

- en pratique, sont acceptée(s) une ou deux syllabes en plus ou en moins; également, d'autres formes (irrégulières) peuvent être acceptées, à savoir: 5-5-7 ou encore 7-5-5;

 

 - utiliser des JEUX de MOTS;

- prendre en compte, avec parcimonie, l'HUMOUR, les FIGURES de STYLE;

- éviter trop de VERBES; supprimez-les, si possible;

- réduire les ADJECTIFs, voir les supprimer;

- réduire les ADVERBES;

- limiter au maximum l'usage des PRONOMS PERSONNELS;

- réduire l'usage des PARTICIPES PRESENTS (gérondifs);

- éviter les PREPOSITIONS (dans, sur, entre, parmi), spécialement au début de la phrase;

 

- utiliser le stricte nécessaire de PONCTUATIONS;

- éviter les RIMES;

- écrire sur des choses ordinaires dans un langage de tous les jours;

- observer les choses ; laisser le haïku exprimer des images sans besoin de commentaire;

- laisser un écho philosophique en arrière-plan;

- une pratique largement répandue: mettre en majuscule le premier mot de chaque ligne;

- finalement, écrire tous les haïkus conçus, même les mauvais, qui peuvent en inspirer de meilleurs.

 

Sources : 

 http://fr.wikipedia.org/wiki/Ha%C3%AFku

 http://www.tempslibres.org

 

Règles de rédaction - Pratique

 

Les exceptions à ces règles, exceptions maîtrisées, justifiées et ponctuelles, apportent de la variété à ce genre de poésie si particulier qui est le haïku. Ces exceptions ne sont pas à bannir car il faut tenir compte non seulement des spécifités liées à chaque langue mais également des différentes "sensibilités géographiques". 

 

Règles de rédaction - Ma pratique

 

Il m’est arrivé d’écrire des haïkus répondant en tous points aux règles. Mais cela n'est pas évident à réaliser à chaque fois et en plus, le résultat ne sonnerait pas juste, à mon sens. Car ce que je recherche avant tout pour mes haïkus, c'est la fluidité et une certaine musicalité.

J’ai écrit d’autres haïkus qui sont irréguliers, c’est-dire ayant une autre métrique : court-court-long ou encore long-court-court. D’autres n’avaient pas de verbe. Ou encore pas de mot de saison. Je passe souvent des haïkus aux tercets. Par contre, je m’arrange à ce que dans mes tercets il y ait un mot de saison. La pratique offre tellement de belles possibilités.

Ceci dit, cela ne veut pas dire que nous devons faire n’importe quoi. Il est important de connaître les règles pour pouvoir "sentir" le moment lorsqu’on peut les transgresser, sans les perdre de vue pour autant.

J’ajouterais qu’un bon haïku est celui qui touche un panel de lecteurs assez large et non seulement un petit cercle de connaisseurs. Car le haïku est comme la musique.